Impression d'être devenu un monstre à cause de la maladie

Avatar de l’utilisateur
OnEstChezNous
Messages : 1644
Inscription : mer. avr. 08, 2020 5:33 pm

Impression d'être devenu un monstre à cause de la maladie

Message par OnEstChezNous »

Voilà, mon problème c'est de ne plus avoir un psychisme "normal".

Beaucoup de personnes, quand je leur parle de mes troubles, ne me croient pas, ils pensent que j'ai juste "mûri" avec l'âge mais perso c'est pas du tout comme ça que je vis le truc.
A cause de mon anhédonie, les trucs qui enthousiasment la plupart des gens me laissent complètement indifférent et froid (quand ils ne me paraissent pas carrément rébarbatifs).
J'ai pas du tout envie d'être "combatif" ou de "surmonter" quoi que ce soit, la plupart des activités humaines me paraissent futiles et dénuées de sens, et surtout elles m'épuisent, elles ne me stimulent pas mentalement.
j'ai zéro ambition professionnelle (vu qu'aucun métier ne me branche), l'idée de vivre en couple, de fonder une famille ne me botte absolument pas, j'arrive pas du tout à m'imaginer daron.
Le divertissement ne m'intéresse plus. En plus j'ai plus assez d'humour et d'idées positives pour draguer, aucun langage corporel non plus, visage complètement figé et inexpressif, plus aucun intérêt pour le sexe etc. donc c'est mort.
Les paysages ne me font plus aucun effet. Quand j'essaye de repenser à de bons souvenirs d'autrefois, ça ne me fait absolument rien (si ce n'est la nostalgie d'une époque qui ne reviendra jamais).

Les relations humaines m'intéressent de moins en moins, elles me paraissent rébarbatives, de plus sur le plan cognitif j'ai de moins en moins d'empathie/théorie de l'esprit et surtout de moins en moins de plaisir à comprendre et à analyser les gens.
On me reproche souvent de ne pas être assez compréhensif avec les gens.
Et encore ce ne sont que quelques symptômes parmi d'autres.
Mon seul point fort c'est d'avoir une belle écriture et on me flatte pour ça. Mais à vrai dire, j'en ai plus rien à foutre de bien écrire.

Surtout, mes symptômes déficitaires m'ont ôté tout goût de vivre. ça vient du fait qu'avant d'avoir mes troubles, j'étais quelqu'un de plutôt érudit qui s'intéressait à tout un tas de trucs, qui n'avait aucune difficulté à réfléchir et à discuter de n'importe quel sujet de conversation et surtout qui prenait du plaisir à découvrir le monde et à comprendre les choses. Les gens m'appréciaient pour mon humour et mon côté audacieux.
Là c'est complètement mort, je réussis juste à parler de ma maladie et à exprimer mon mal-être sur les forums. Mais j'arrive plus à réfléchir, mon esprit est comme vide, avec en plus de cela une absence totale de sensation agréable.
Bref mes troubles m'ont ôté mon moteur, ce qui m'offrait de la joie de vivre.

Quand je parle aux gens de ce manque d'épanouissement intellectuel (du à la maladie) et des souffrances qu'il me procure, ils ne me croient pas, ou alors ils croient que c'est "cool" de se contenter d'activités concrètes et simples. Mais ce n'est pas cool du tout, c'est rébarbatif et pas épanouissant.

J'ai également beaucoup perdu en assurance alors qu'autrefois l'agressivité des gens ne m'impressionnait pas.
En société, quand j'ouvre ma gueule sur un sujet de conversation on me dit souvent que mes propos sont à côté de la plaque, imprécis et on se fout souvent de ma gueule donc j'évite les trucs trop intellos et je me contente de parler de trucs concrets et simples, de la vie quotidienne.

La spiritualité, l'idée de vivre le plus longtemps possible ou d'une vie après la mort ne m'enthousiasment absolument pas, quand je vois l'état dans lequel est actuellement mon psychisme ça ne me donne pas du tout envie de prolonger ça éternellement.

Le résultat est que je me sens de plus en plus incompris de la plupart des gens, qui ont la chance d'avoir un cerveau normal, en parfait état.

Surtout je trouve qu'on met une pression dingue aux malades (en leur demandant d'être "courageux", "dans l'action", de "surmonter" leur maladie, d'avoir une "vie normale" ou encore de "se forcer" à discuter de trucs qui ne les intéresse pas, à avoir des activités qu'ils détestent etc.) et perso je trouve ça déprimant à l'extrême, pas réconfortant du tout.

Quand j'ai des activités, ça n'apaise pas mes troubles, au contraire ça me fait souffrir et ça accentue la nostalgie de l'époque où j'étais pas dans cet état de merde.

Le pire c'est que la maladie a aussi diminué ma créativité (j'arrive plus à imaginer un scénario dans ma tête, ou une mélodie ou autre) alors que normalement les gens s'attendent à ce qu'une personne "anormale" soit un génie ou un artiste, bref j'ai même plus ce truc là pour compenser.

Bref... je sais même pas pourquoi je dis ça. En tout cas plus le temps passe plus je me rend compte que la maladie a fait de moi un monstre (au sens négatif du terme) et j'ai vraiment honte quoi. J'ai envie de me planquer. C'est surtout ça.

Quand je discute avec des jeunes de mon âge et qu'ils me posent plein de question sur mon quotidien, sur mes projets d'avenir, qu'ils me demandent avec insistance pourquoi j'ai pas de boulot ou de gonzesse, je sais même plus quoi leur répondre, d'autant plus que les troubles que j'ai sont beaucoup trop difficiles à décrire et que j'en ai honte.

Tout ça à cause d'un putain de trou dans le cerveau, d'une putain de lésion de merde, qui est accidentelle et à laquelle je ne m'attendais absolument pas.

A cela s'ajoute le fait que de nombreuses personnes m'ont parlé durement (avec intimidations, humiliations, insultes, moqueries etc.) à cause de cette putain de maladie et de ses nombreuses répercussions sur mon psychisme, m'accusant d'être "parano" et "orgueilleux" quand j'essayais de me défendre. Et là, je ressens une putain de haine (qui vient se superposer à mon sentiment de désespoir).

Le pire c'est que si je parle de mes problèmes à un psychiatre, il va probablement me foutre sous camisole chimique voire me prescrire des électrochocs (ce qui va me donner une mémoire de poisson rouge et accentuer ma sensation de mort intérieure). Bref j'en peux plus. Je me sens détruit intérieurement, et je souffre comme pas possible.
J'ai vu la mort dans son plus simple appareil
Elle m'a promis des vacances
La mort m'a promis sa dernière danse
Avatar de l’utilisateur
miau
Messages : 4063
Inscription : mer. avr. 08, 2020 5:20 pm

Re: Impression d'être devenu un monstre à cause de la maladie

Message par miau »

Je te crois :ok:
Répondre